A12 Le jazz au cinéma

Musique
A12 Le jazz au cinéma
Jacques Schneck 

Cours  de 9 x 2h00: 60€  
Le lundi à 15h30  
10-oct / 07-nov / 05-déc / 16-janv / 30-janv / 27-févr
13-mars / 27-mars / 24-avr

LA TERRASSE     Bibliothèque - 1er étage 
102, Place de  la Mairie    

Dès le début du parlant, le jazz a occupé une place significative dans le cinéma américain. Présent de manière anecdotique dans “Le chanteur de jazz” (1927), il l’est musicalement dans “Hallelujah” (1929) et surtout dans le court métrage “Saint-Louis Blues” (1929) qui met en scène l’immense chanteuse Bessie Smith.

Au fil du temps, le cinéma a utilisé le jazz de plusieurs façons dans des documents visuels et musicaux inestimables, qui sont souvent un reflet de la sociologie américaine. Des films proposent également des scénarios sur la vie de musiciens. Le jazz a aussi une place de choix dans les dessins animés, en particulier dans les remarquables “Betty Boop”. 

Dans le cinéma européen, le jazz est surtout présent pendant les années 1950-1970. La représentation du jazz y est à la mode, donc souvent superficielle, mais donne toutefois naissance à des documents intéressants.

Finalement, tout un pan du cinéma utilise le jazz uniquement dans la bande son, provoquant une interaction son-image voulue par certains réalisateurs (John Cassavetes, Louis Malle, Woody Allen par exemple).

Jacques SCHNECK
Professeur de musique, Pianiste de jazz

 

012 st louis blues bessie smith sur l affiche 1929 e5n4f0

Date de dernière mise à jour : 25/05/2022